LA RESPIRATION CHEZ L’ESPÈCE HUMAINE

L’homme ne peut pas vivre plus de quelques minutes sans respirer. A tout moment, de l’air entre et sort de nos poumons : c’est la respiration.

I-LES MOUVEMENTS RESPIRATOIRE 

Un mouvement respiratoire comprend deux temps :

  • l’entrée de l’air ou inspiration qui correspond à l’augmentation de la cage thoracique. Le soulèvement de la cage thoracique est dû est aux contractions des muscles intercostaux et à l’abaissement du diaphragme. L’inspiration est un phénomène actif ;
  • la sortie de l’air ou expiration au cours de laquelle le volume de la cage thoracique diminue : les muscles intercostaux se relâchent et le diaphragme remonte. L’expiration est un phénomène passif.

Remarque : la fréquence (ou rythme) respiratoire est le nombre de mouvements respiratoires par minute. Elle de 15 à 16 mouvements/minutes chez l’adulte au repos. Elle augmente pendant l’activité physique, diminue pendant le sommeil et s’annule pendant l’asphyxie.

II-L’APPAREIL RESPIRATOIRE

L’appareil respiratoire comprend les voies respiratoires et les poumons.

1-Les voies respiratoires

Les voies respiratoires sont : les narines, les fosses nasales, le pharynx, le larynx, la trachée artère, les bronches, les bronchioles, les vésicules pulmonaires, et les alvéoles pulmonaires. Les voies respiratoires acheminent l’air.

2-Les poumons

Les deux poumons sont des organes spongieux et élastiques. Ils sont subdivisés en lobes (3 lobes pour le poumon droit et 2 pour le poumon gauche). Chaque lobe est divisé en lobules pulmonaires renfermant à l’intérieur des sacs à air.

L’étude anatomique permet de constater que les poumons sont richement vascularisés (contiennent beaucoup de vaisseaux sanguins).

III-LES EHANGES GAZEUX ENTRE L'AIR ET LES POUMONS

1-Identification des gaz respiratoires (voir planche 1)

2-Comparaison entre l’air inspiré et l’air expiré

Tableau de comparaison entre l’air inspiré et l’air expiré

Analyse du tableau : Au niveau des poumons, l’air inspiré perd de dioxygène pour s’enrichir en dioxyde de carbone et en vapeur d’eau. L’air expiré est chaud et humide.

Ces données permettent de mettre en évidence les échanges gazeux entre l’air et les poumons.

IV-LES ECHANGES GAZEUX ENTRE LES POUMONS ET LE SANG

Tableau de comparaison entre le sang à l’entrée et à la sortie des poumons

Analyse du tableau : le sang sortant des poumons est riche en en dioxygène et pauvre en dioxyde de carbone. L’azote n’est pas utilisé dans la respiration.

Les échanges gazeux entre les poumons et le sang sont :

-une partie du dioxygène inspiré passe dans le sang ;

-une partie du dioxyde de carbone passe du sang vers l’air expiré.

Ces échanges sont favorisés par l’existence d’une surface d’échange

ange efficace. Cette surface est constituée d’alvéoles représentant une surface de 200 m2 en contact avec un réseau de capillaires sanguins.

Remarque :  en arrivant dans les poumons, le sang est rouge sombre et en ressortant, il est rouge vif.

2-Le transport des gaz respiratoires par le sang

Le dioxygène est transporté sous forme dissoute (2%) mais la grande partie du dioxygène se combine à l’hémoglobine pour être transportée.

Hb = hémoglobine ; HbO2 = oxyhémoglobine

Le dioxyde de carbone est transporté sous forme dissoute (70%) ou combiné à l’hémoglobine des hématies.

HbCO2 = carbohémoglobine.

V-LES EFFETS DU TABAC ET DE LA POLLUTION DE L'AIR SUR LA RESPIRATION ET LA SANTE

1-Le tabagisme

Le tabagisme est l’intoxication provoquée par l’usage prolongé du tabac. Le tabac est nocif quelle que soit la dose consommée. La fumée de cigarette contient de nombreuses substances dangereuses : goudron, nicotine, monoxyde de carbone. Le tabagisme est la cause de plusieurs maladies : cancer, maladies cardiovasculaires.

2-Les effets de la pollution atmosphérique

Les substances rejetées dans l’air (industries, automobiles…) sont très nocives à l’organisme car elles sont les causes de plusieurs maladies respiratoires.

CONCLUSION

Pour assurer le bon fonctionnement de l’appareil respiratoire, il faut :

  • respirer par le nez et non pas par la bouche ;
  • faire des exercices physiques ;
  • éviter de fumer et surveiller la qualité de l’air en diminuant les rejets des polluants atmosphériques.
×