DÉVELOPPEMENT HUMAIN,INDICE DE (IDH)

PRÉSENTATION

Développement humain, indice de (IDH), indice synthétique élaboré par les agences de l’ONU afin de rendre compte de l’état de développement des nations.

 DÉFINITION DE L’IDH

La mesure de la richesse des nations utilise le plus souvent des indicateurs statistiques élaborés à partir de données réelles et physiques quantifiables (produit intérieur brut, produit national brut, solde de la balance commerciale ou de la balance des paiements, etc.). L’indice de développement humain (IDH) s’efforce, quant à lui, de mesurer le bien-être des populations et d’intégrer dans la mesure du niveau de vie par pays des variables telles que le taux de mortalité infantile (voir taux de mortalité), l’espérance de vie à la naissance, l’accès à l’enseignement et le taux d’alphabétisation.

CALCUL DE L’IDH

L’élaboration de cet indice, qui apparaît dans les statistiques annuelles du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) depuis 1990, doit beaucoup aux travaux de l’économiste Amartya Sen, prix Nobel d’économie en 1998. L’IDH est composé de trois indicateurs — la longévité mesurée par l’espérance de vie à la naissance, le taux d’alphabétisation des adultes et le niveau de vie mesuré par le PIB par habitant —, chacun d’eux étant calculé dans un premier temps en fonction de l’écart existant entre un minimum et un maximum déterminé au niveau mondial, puis intégré dans une moyenne arithmétique de ces trois éléments.
La mesure de l’espérance de vie se calcule par exemple comme suit :

• — le minimum défini de 25 ans ;
• — le maximum défini de 85 ans ;
• — l’écart entre les deux est donc de 60 ans ;
• — une année d’espérance de vie supplémentaire au-delà du minimum vaut donc 1/60e, soit 0,0167 (après arrondi) ;
• — un pays où l’espérance de vie est de 75 ans est alors affecté d’un coefficient qui résulte de l’opération suivante : 0,0167 × (75 – 25), soit 0,835.
Le résultat ainsi obtenu est interprété selon une grille de lecture qui attribue aux résultats supérieurs à 0,8 la mention « élevée », les résultats « moyens » étant ceux situés entre 0,799 et 0,5, tandis que les résultats dits « faibles » sont inférieurs à 0,5.

L’INDICE DE PAUVRETÉ HUMAINE (IPH)

La mesure du développement humain s’est enrichie d’un indicateur nouveau, l’indice de pauvreté humaine (IPH). Alors que l’IDH mesure le progrès général d’un pays, l’IPH s’attache à la répartition de ce progrès et tente de déchiffrer les formes de dénuement qui subsistent. Il est décliné en deux sous catégories : un premier IPH mesure la pauvreté des pays en développement en prenant en compte le pourcentage de la population dont l’espérance de vie (voir taux de mortalité) est inférieure à 40 ans, le pourcentage d’adultes analphabètes ainsi que l’accès au système de soins ; un second IPH mesure, pour sa part, la pauvreté dans les pays industrialisés avec toutefois des seuils de dénuement différents, tant il est vrai que la pauvreté tout comme la richesse sont susceptibles d’être hiérarchisées. L’IPH recense alors, pour ce « groupe » de pays, la population dont l’espérance de vie est inférieure à 60 ans, les individus dont l’aptitude à lire et écrire est insuffisante — l’illettrisme remplace l’analphabétisme —, ainsi que le niveau de revenus.

×