LA STRUCTURE D’UN ÉCOSYSTÈME TERRESTRE

INTRODUCTION

Tout écosystème possède une structure particulière qui permet de le reconnaître. La structure correspond à la manière dont les individus des différentes espèces sont disposés les uns par rapport aux autres. Cette structuration dépend en grande partie des conditions de vie qui existent dans le milieu.

I NOTION DE BIOTOPE, BIOCÉNOSE ET ÉCOSYSTÈME

Le terme écosystème a été proposé pour la première fois par Tansley (1935). C’est une unité écologique fonctionnelle qui regroupe la biocénose et le biotope. La biocénose et le biotope constituent deux éléments indissociables qui réagissent l’un sur l’autre.

Le biotope est le milieu physique et chimique dans lequel vivent les êtres vivants. Ce milieu est l’élément non vivant ou abiotique de l’écosystème. Il renferme la totalité des ressources nécessaires à la vie.

La biocénose est constituée par l’ensemble des êtres vivants et les liens d’interdépendance qu’ils entretiennent.

II LES CONDITIONS DE VIE

Le biotope de l’écosystème terrestre visité lors de la sortie écologique est caractérisé par la présence de conditions climatiques, pédologiques, géographiques et géologiques particulières.

Il se situe dans la zone intertropicale, avec une saison pluvieuse de 5 à 6 mois et une pluviométrie d’environ 1000 mm/an. Les températures sont assez élevées et tournent autour de 35°C. Cette zone est caractérisée par l’existence d’un sol latéritique rouge argileux par endroit et un relief accidenté.

III LES CONDITIONS DE VIE

Le biotope de l’écosystème terrestre visité lors de la sortie écologique est caractérisé par la présence de conditions climatiques, pédologiques, géographiques et géologiques particulières.

Il se situe dans la zone intertropicale, avec une saison pluvieuse de 5 à 6 mois et une pluviométrie d’environ 1000 mm/an. Les températures sont assez élevées et tournent autour de 35°C. Cette zone est caractérisée par l’existence d’un sol latéritique rouge argileux par endroit et un relief accidenté. Le peuplement rencontré est constitué d’animaux et de végétaux.

III-1 Peuplement végétal

Les végétaux sont des êtres vivants immobiles, faciles à localiser. Ils sont organisés suivant le plan vertical et le plan horizontal.

 a-Organisation verticale

  • pouvant atteindre 1 m,
  • la strate arbustive d’une hauteur de moins de 5 m,
  • la strate arborée moins abondante dont la hauteur est comprise entre 5 et 15 m.

Le transect est la représentation graphique de la végétation qui permet de voir cette stratification.

Cependant, il existe une strate souterraine, qui correspond à l’étagement dans le sol de l’appareil racinaire des différents individus.

b-Organisation horizontale

La répartition des individus sur le plan horizontal se traduit par une hétérogénéité plus ou moins marquée avec une abondance des herbes et des arbustes. Elle correspond à la sociabilité de la végétation.

III-2. Peuplement animal

Les animaux sont des êtres vivants capables de se déplacer, d’où la difficulté de les étudier. Comme les végétaux, les animaux ont une organisation verticale et horizontale.

a-Organisation verticale

Suivants leur répartition dans le plan vertical, on distingue : les animaux aériens qui vivent dans les airs ou sur les arbres (singes, oiseaux, insectes ailés…), les animaux terrestres qui sont constamment sur le sol (lion, biche, vache…) et les animaux souterraines qui vivent dans des trous (rats, vers de terre, …)

b-Organisation horizontale

La répartition dans le plan horizontal des animaux est instable à cause de leur aptitude à se déplacer et à parcourir des kilomètres par jour à la recherche de nourriture.

III-3. Rapport entre le peuplement et les conditions de vie du milieu

Le peuplement et le milieu sont intimement liés et sont en interaction permanent. L’étude de la répartition des grands écosystèmes, montre qu’il varie en fonction du climat et du sol. En effet, la pluviosité et la température assez élevées sont à l’origine de la formation de cette savane arborée. Le sol latéritique rouge (ferrugineux) permet également le développement de cette végétation. L’abondance d’herbes favorise le développement d’une faune riche en herbivores dont la présence est favorable au développement de grands carnivores (lion, guépard, panthère,…).

×