FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX

INTRODUCTION

 A tout moment, nous recevons des informations du milieu extérieur ou de notre organisme qui nous poussent à réagir à certaines d’entre elles.

Nous allons découvrir les récepteurs qui captent ces informations et les organes qui nous permettent de réagir.

I-LA PERCEPTION DE L'ENVIRONNEMENT 

1-La notion de stimuli

Exemples de réactions :

a-Le ballon roule doucement et s’arrête à un mètre de Moussa. Ce dernier s’approche et d’un coup de pied le renvoie à son camarade.

b-En écoutant la radio Kalounaye FM, Bacary entend le son du cabo et commence à danser.

c-Au contact d’un objet chaud, Fatou retire brusquement sa main.

d-Bintou a salivé quand elle a senti l’odeur d’un plat à base d’huile de palme.

e-Dès la première gorgée, Cheikh se rend compte que son café n’est pas sucré, il met deux morceaux de sucre.

Activité 1 :Identifier les stimuli à l’origine de ces réactions.

Réaction a : lumière (ballon)

Réaction b : son (radio)

Réaction c : chaleur (objet)

Réaction d : odeur (plat)

Réaction e : goût (café)

Conclusion : le stimulus est une information sous forme de signal physique ou chimique auquel un de nos organes est sensible. Facteur interne ou externe qui provoque une réponse de l’organisme

2-Comportements volontaires et comportements involontaires

Activité 2 : Classer les comportements décrits selon l’intervention ou non de la volonté.

Parmi les comportements décrits ci-dessus, on distingue :

  • les actes volontaires qui dépendent de la volonté. Exemple : taper sur le ballon, danser au son du cabo, mettre deux morceau de sucre ;
  • les actes involontaires. Exemple : saliver suite à l’odeur d’un plat, retrait de la main au contact d’un objet chaud.
II-LIEUX ÉLABORATION ET DEVENIR SES MESSAGES SENSORIELS

1-Organes de sens et récepteurs de sens

 

Au niveau des organes de sens, il existe des récepteurs sensoriels qui réagissent spécifiquement à des stimuli (son, odeur, lumière…) en émettant des messages nerveux.

 2-Le trajet des messages dans un comportement volontaire

a-Exemple : Prendre un verre de boisson sur la table (voir planche 1, fig 1)

Texte : Je vois la boisson, elle me fait envie, je décide de la prendre, je m’approche de la table et ma main se referme sur le verre.

Tout cela me paraît simple et pourtant :

Certaines personnes sont incapables de tels gestes, elles sont paralysées à cause de la destruction d’une partie de leur cerveau ou de leur moelle épinière (après un accident, une hémorragie, une congestion cérébrale…).

Si les nerfs du bras ont étaient sectionnés, ou détériorés par une maladie, la personne voudra mais ne pourra pas faire le geste.

Le simple fait de fermer les yeux rend l’entreprise difficile, voire impossible.

Activité 3 :D’après ce texte, quels sont les événements qui interviennent dans un tel geste ?

b-Les organes qui interviennent dans un comportement volontaire

Le récepteur : il reçoit l’information et la transforme en un message nerveux.

Le nerf sensitif : il conduit le message nerveux sensitif (ou influx nerveux sensitif ou influx nerveux centripète)

Le centre nerveux (cerveau) : il reçoit l’influx sensitif, l’analyse et donne des ordres.

Le nerf moteur : il conduit le message nerveux moteur (ou influx nerveux moteur ou influx nerveux centrifuge).

L’effecteur : il réagit en effectuant l’acte volontaire.

 

Trajet suivi par l’influx nerveux au cours d’un acte volontaire

c-L’activité du cerveau

Le cerveau est la partie antérieure de l’encéphale, comprend deux hémisphères cérébraux. L’encéphale comprend le cerveau, le cervelet et  le bulbe rachidien.

Remarque : La destruction partielle ou totale du cortex cérébral élimine le comportement volontaire car c’est au niveau du cortex qu’on trouve les aires sensitives et les aires motrices (voir planche n°2, fig 3).

 3-Le trajet des messages dans un comportement involontaire (réflexe)

Exemple : Retrait brusque de la main après contact d’un verre chaud (voir planche 1, fig 2)

Expérience: Mise en évidence du centre nerveux des réflexes (Planche 2)

On excite la patte postérieure droite d’une grenouille, elle se contracte.

Ensuite on détruit le cerveau et la moelle épinière, on n’a aucune réaction après une excitation de la patte postérieure droite.

On détruit seulement la moelle épinière, on n’a pas de réaction après une excitation.

  • Interprétation des résultats obtenus

Quand on excite la patte postérieure, on obtient une réponse car l’influx nerveux sensitif est élaboré au niveau du récepteur (patte postérieure), conduit au centre nerveux (la moelle épinière) par le nerf sensitif où il devient un influx nerveux moteur qui est alors conduit à l’effecteur par le nerf  moteur.

La moelle épinière est donc indispensable pour le réflexe : c’est le centre nerveux.

Notion d’arc réflexe

Un arc réflexe est le trajet ou le chemin suivi par l’influx nerveux depuis l’excitation jusqu’à la réaction (comportement).

On retrouve les mêmes éléments sensitifs et moteurs sauf les centres nerveux. Les centres nerveux d’un comportement involontaire sont la moelle épinière, le cervelet et le bulbe rachidien.

Trajet suivi par l’influx nerveux au cours d’un acte réflexe

Expérience 2 : Le réflexe médullaire chez une grenouille spinale (Planche 2)

La patte postérieure droite est excitée, on obtient une réponse.

On coupe le nerf sciatique et on excite la patte postérieure droite, il n’y a pas de réaction.

L’excitation du bout périphérique du nerf sciatique donne une réponse.

L’excitation du bout interne (central) du nerf sciatique sectionné de la patte postérieure gauche, donne une réaction du côté opposé.

La destruction des muscles ne donne pas de réponse après une excitation.

  • Interprétation des résultats obtenus

Si on coupe le nerf sciatique, il n’y a pas de réaction car l’influx nerveux sensitif n’arrive pas à la moelle épinière.

L’excitation du bout périphérique du nerf sciatique donne une réponse. Cela montre que ce nerf est relié au muscle, donc c’est un nerf moteur (centrifuge).

L’excitation du bout central donne une réponse du côté opposé parce que ce nerf est un nerf sensitif (centripète)

Les muscles sont indispensables au réflexe : c’est l’effecteur.

Remarque : Le nerf sciatique comporte à la fois un nerf sensitif et un nerf moteur. On dit que c’est un nerf mixte.

4-Comparaison entre acte volontaire et involontaire

 Remarque : Il existe des réflexes innés qui sont communs aux êtres vivants d’une même espèce ou à plusieurs espèces. « On naît avec ». Exemple : fermeture de la paupière sous la menace d’un danger.

Les réflexes acquis ou conditionnés sont des comportements réflexes qui sont acquis dans le temps avec la pratique, la répétition et l’entrainement. Exemple : conduire le vélo.

III-HYGIÈNE DU SYSTÈME NERVEUX

1-Ce qu’il ne faut pas pour le cerveau

Pour maintenir un système nerveux en bon état de fonctionnement il faut éviter le manque de sommeil, le bruit, la lumière intense et persistante, les excitants (thé, café, cola, ….), les drogues (canabis, cocaïne, héroïne,…) et le stress mais aussi un abus de médicaments.

2-Ce qu’il faut pour le cerveau

Avoir un sommeil normal, faire du sport, avoir une alimentation saine et équilibrée.

CONCLUSION

Les organes de sens captent les informations du milieu extérieur  et les transmettent aux centres nerveux par l’intermédiaire des nerfs sensitifs. Après traitement de l’information au niveau des centres nerveux, l’information est traduite en acte (volontaire ou réflexe) par les effecteurs par l’intermédiaire des nerfs moteurs.

QUIZZ
0%

Un organe sensoriel:

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

Un message nerveux moteur

Please select 3 correct answers

Correct! Wrong!

Le cerveau :

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

Un organe sensoriel :

Correct! Wrong!

Les centres nerveux :

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

Une stimulation extérieure :

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

×