IMPÉRIALISME EUROPÉEN EN ASIE

INTRODUCTION

L’Afrique n’a pas été la seule victime de l’impérialisme européen. En effet, à la fin du19ème siècle, l’Asie a été également le siège  de rivalités entre plusieurs puissances : France, Angleterre, Japon, Russie, Allemagne. Quatre régions ont été concernées : l’Asie centrale et la Sibérie, l’Asie du sud-est, le Moyen-Orient et la chine.

I - L’ASIE CENTRALE ET LA SIBERIE

Cette région était convoitée par l’Angleterre et la Russie.

Après une lutte entre les Mahrattes du Dekkan et les Sikhs du Pendjab, les anglais achevèrent la conquête  de l’Inde vers 1850. En dépit de la révolte des Cipayes en 1857, le territoire devient une colonie de la Couronne, administrée par un vice-roi  résidant à Calcutta. En 1876, elle prend la forme d’un empire  et la reine Victoria est proclamée impératrice en 1877.

L’Angleterre poursuit ses conquêtes en Birmanie, au Tibet chinois, en Malaisie, à Singapour, mais elle se heurte aux Russes en Afghanistan. Ces dernières s’emparent de la Sibérie, du Caucase, du Turkestan, de la Perse, de l’Afghanistan et du Tibet. A la suite d’un accord entre Anglais et Russes, l’Afghanistan devient un état tampon en 1895.

II - L’ASIE DU SUD-EST

Deux états impérialistes étaient présents en Asie sud-est : la France et l’Angleterre.

La conquête française avait commencé en 1861 par l’occupation de Saigon et elle s’est poursuivie en Cochinchine, au Cambodge. A partie de 1896, le gouvernement français imposa le protectorat à l’Annam, au Tonkin et au Laos. A la même période, la confédération indochinoise a été constituée, regroupant une colonie, la Cochinchine, et quatre protectorats : le Laos, l’Annam, le Tonkin et le Cambodge.

Pour arrêter l’expansion française, l’Angleterre occupa la haute Birmanie. Renoncèrent à la conquête du Siam qui devint un état tampon ou les deux puissances avaient crée des zones d’influence en 1904.

III - LA CHINE

Elle était restée longtemps isolée du reste du monde. Au 19ème siècle, c’était un empire féodal, marqué par une grande faiblesse politique et militaire ; c’était aussi un pays envahi par la conquête. Mais à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, un réveil des populations suscita des résistances.

A - LA FAIBLESSE POLITIQUE

La dynastie régnant était  une dynastie étrangère mandchoue. Cela avait provoqué un mécontentement de la population autochtone très nombreux (400 000 000 vert 1840). Ainsi la chine souffrirais de nombreux maux, surtout des particularismes régionaux. Ces facteurs ajouté à son isolement, provoquèrent un retard technique en plus de la faiblesse de l’armée impériale.

B - LA CONQUÊTE DU PAYS

Elle commença avec l’occupation des provinces extérieures de la Chine ; le Tibet, la Birmanie, la Cochinchine et Corée. En plus, les « Traités inégaux », signés avec les occidentaux (Européen et Américain), avaient marqué l’annexion effective du pays qui avait été partagé. En effet c’est après la première guerre de l’opium (1839 – 1842) et la guerre contre le Japons (1894 – 1995) que la chine était devenue un « gâteau » que se partageaient les puissances Européennes et le Japon. C’est le « Break up of China ». En plus des « zone d’influence » qu’ils se sont taillées, ils ont acquis des territoires en bail : c’est le cas de l’Angleterre qui a obtenu Hong Kong pour une durée de 99ans.

C - LES RESISTANCES OU LE REVEIL DE LA CHINE

Ces Résistances ont été l’œuvre des Taiping et des Boxers. La pression occidentale était tellement forte que le gouvernement impérial ne savait que faire. La répression, après la guerre civile avait coûté des millions de morts. Les révolutionnaires eurent recours à la ruse pour endormir les occidentaux et les neutraliser l’un après l’autre. Des sociétés secrètes pratiquaient l’acte de terrorisme contre les étrangers, étant discrètement soutenus par le gouvernement impérial. La plus importante avait le point fermé comme signe de ralliement : de là le nom de « Boxers » donné à  ces résistants patriotes et révolutionnaires.

Ces résistances ont abouti a faire renoncer à l’annexion de la chine pour les impérialistes. Et c’est en 1911 que les révolutions chinoises commencent.

IV - LE MOYEN-ORIENT

L’intérêt des impérialistes pour le Moyen-Orient s’est accentué à partir de 1880, en raison des gisements de pétrole allemands, russes, français et anglais s’opposent pour la conquête du Moyen-Orient. Leur entreprise a été facilité par le déclin de l’empire ottoman turc et la faiblesse de l’organisation des états. Les intérêts des compagnies pétrolières anglaises ont fini par prendre le dessus sur toutes les rivalités.

CONCLUSION

L’Asie par sont immensité et l’importance de sa population constituait un marché et un réservoir important de matière première. Elle a donc été théâtre  de rivalité entre plusieurs puissances impérialistes. On a remarqué en particulier la monté de l’impérialisme Russe et le grand dynamisme du Japon.

×