LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE : RÉALITÉS ET PERSPECTIVES

INTRODUCTION

Lancée à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la construction européenne s’est accélérée pour donner naissance à l’Union Européenne depuis le 1er novembre 1993. Avec une population de 492,3 millions d’habitants  et un PNB de 14 491 ,11 milliards de dollars, l’Union Européenne constitue un des pôles majeurs de l’économie mondiale et le deuxième pilier de la triade derrière les l’Amérique du Nord. Son élargissement à 12 nouveaux Etats balise la voie à de nouveaux succès au plan politique économique et social. Cependant l’Europe des 27 fait face à plusieurs défis qu’elle doit relever pour jouer un rôle de puissance mondiale.

 

I- LES ÉTAPES DE LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE

1- De la CECA à la CEE

La construction européenne a commencé en 1951 avec la création de la Communauté

Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA), sous la direction de Robert Schuman et de Jean Monnet. Elle regroupait 6 pays : la France, la RFA, l’Italie, la Belgique, les Pays Bas, le Luxembourg. Le traité instituant la CECA est entré en vigueur le 23 juillet 1952.

La CECA avait pour objectifs de reconstruire une Europe en ruine pour mieux résister au péril soviétique et de faciliter la réconciliation franco-allemande par la coopération. Elle fut remplacée par la Communauté Économique Européenne (CEE) crée par le Traité de Rome signé le 25 Mars 1957. La CEE reprend les objectifs de la CECA et se fixe d’autres : mettre en place un marché commun fondé sur la libre circulation des personnes et des biens, assurer grâce à des politiques communautaires l’indépendance de l’Europe dans les domaines de l’énergie, et de l’agriculture.

2- De la CEE à l’Union Européenne

Grâce à ses performances économiques et politiques, la CEE va attirer de nombreux Etats. Elle s’élargit en 1973 au nord en intégrant le Danemark, l’Angleterre, et l’Irlande. Avec l’entrée de la Grèce en 1981 et celle de l’Espagne et du Portugal en 1986, elle s’ouvre largement à l’espace méditerranéen : c’est l’Europe des 12. Le 1er novembre 1993 la CEE devient l’Union Européenne. Avec l’intégration de l’Autriche, de la Finlande, et de la Suède en 1995, l’Union Européenne se rééquilibre vers le nord et devient l’Europe des quinze (15). Depuis mai 2004, l’Union Européenne a réalisé le plus grand élargissement de son histoire avec l’intégration de dix nouveaux états membres : Malte, Hongrie, Pologne, Slovénie, République Tchèque, Slovaquie, Chypre, Lettonie, Estonie, Lituanie. Le 1er janvier 2007, l’Union compte 27 membres avec l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie.

3- Le renforcement de l’Union Européenne

Parallèlement aux élargissements, les états membres de la Communauté, puis de l’Union ont œuvré pour le renforcement des liens économiques, politiques et sociaux qui les unissent.    – En  mars 1979 le système monétaire européen est créé pour stabiliser les taux de change entre les monnaies nationales afin de favoriser le développement des échanges intercommunautaires.

  • Acte unique européen, traité signé en février 1986, entré en vigueur le 1er juillet 1987 et modifiant le traité de Rome qui avait institué la Communauté économique européenne (CEE) en 1957, L’Acte unique définit le marché intérieur en tant qu’« espace sans frontières intérieures dans lequel la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux est assurée selon les dispositions du présent traité ».
  • Les Accords Schengen (le 14 juin 1985), complétés par la convention de Schengen signée le 19 juin 1990, vont faciliter la libre circulation des personnes et des biens et l’harmonisation des politiques concernant l’immigration (la convention de Schengen est entrée en vigueur en 1995). – Le 7 février 1992, le traité de Maastricht (Pays Bas) met en place les trois piliers : la Communauté européenne, qui remplace la Communauté économique européenne, la coopération en matière de Politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération en matière de Justice et affaires intérieures.

Le Traité de Maastricht ouvre la voie à la monnaie unique avec la décision de la création de l’euro (qui va remplacer l’ECU) et de la Banque centrale européenne (BCE) le 1er janvier 1999.  –  Le 1er janvier 1993 est né le grand marché européen, sans restriction pour les biens, les personnes et les capitaux.

-Le  1er janvier 2002,  la monnaie unique de l’Union Européenne, l’euro, devient une réalité concrète pour les citoyens européens dont les pièces et billets sont désormais en Euros. – Le 29 octobre 2004 est signé à Rome, le traité établissant une Constitution pour l’Europe. Le retard enregistré dans son processus de ratification a amené le conseil de l’Europe à signer le traité de Lisbonne en Janvier 2008. Il est entré en vigueur en novembre 2008, suite à sa ratification par la république Tchèque.

II- LES RÉALITÉS DE LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE

1- Le système institutionnel complexe

L’Union Européenne est constituée de quatre principales institutions :

  • le conseil de l’Union Européenne, qui réunit les chefs d’états et de gouvernement des pays membres (27). Il donne les impulsions nécessaires à son rayonnement et définit les orientations politiques générales.
  • La commission européenne: elle est composée de 27 commissaires nommés par les gouvernements des pays membres pour cinq ans. Elle propose les lois, assure le respect des traités et exécute les décisions du conseil. Depuis le 22 novembre 2004, son président est le portugais José Manuel Duras Baroso, et son siège se trouve à Bruxelles.
  • Le parlement européen qui est composé de 785 députés élus au suffrage universel. Le quota de chaque pays est fonction de son poids démographique. Il donne son avis sur les projets de lois, vote les budgets et contrôle la commission. Le siège du parlement est à Strasbourg.   – La cours de justice qui est composée de 9 juges et 27 avocats généraux. Sa mission consiste à assurer la bonne interprétation des traités et des droits communautaires.

Les autres organes sont : la cours des comptes, le comité économique et social, le comité des régions, la banque européenne d’investissement (BEI) et banque centrale européenne.

2-L’UE : Une Puissance Économique Mondiale

La construction économique européenne repose sur un marché commun, une monnaie commune et des politiques communes dans les domaines de l’Agriculture, l’Energie, les Transports, les Télécommunication  … l’UE dispose d’un budget annuel de plus de 120 millions  d’Euros financé par des ressources propres qui sont plafonnés à 1,24% du revenu national brut de chaque Etat. Pour gagner la bataille de l’innovation technologique l’UE a suscité les plus grands brassages possibles de scientifique, en décloisonnant les recherches et en multipliant les applications industrielles. Le 7e  programme cadre de recherche et développement technologique qui couvre la période de 2007-2013 à un budget de 50 milliard d’Euros.

Pour limiter sa forte dépendance énergétique et inversé la tendance au réchauffement de la planète l’UE a développé une politique énergétique basé sur la réduction de la consommation des combustibles fossiles comme  le pétrole, gaz, et le charbon et l’utilisation des ressources d’énergies renouvelables. Cette bonne organisation économique à fait  de L’UE  un pôle majeur de l’économie mondiale, le 2éme pilier de la triade derrière l’Amérique du nord. Avec un PNB de 14491,11 milliard de dollars et un marché de 492,3 millions de consommateurs dont la majorité dispose d’un niveau de vie élevé, l’UE est la seule entité économique capable de faire à l’hégémonie américaine. En réalisant 22% du commerce mondial, l’UE est la 1ère puissance commerciale de la planète. Elle constitue aussi la zone de libre-échange la plus intégrée du monde (75%) de son commerce extérieur se déroule entre ses Etats membres.

III-LES PROBLÈMES ET PERSPECTIVES DE L’UNION EUROPÉENNE

1-Les problèmes

a-Les problèmes économiques

Au  plan économique l’intégration de 12 nouveaux Etats dont la majorité est issue de l’ancien  bloc communiste fait apparaître des disparités économiques  ou inégalités de développement entres les pays de l’UE. La France, l’Angleterre, l’Italie et l’Espagne concentrent 74,72 % du PNB de l’UE contre 25,28% pour les 22 autres Etats. Avec l’élargissement la superficie et la population de l’UE  ont connu une progression de plus de 20%  alors que tous les indicateurs économiques ont réalisé une faible évolution exemples le PNB (4,99%), le PNB/hbts  des  nouveaux Etats membres est 5,28 fois inférieures à celui de l’Europe des 15.

-Les autres problèmes économiques de  l’Europe sont : la forte dépendance énergétique, la crise économique et financière et la puissance de l’Euro  face aux dollars. Ce dernier problème  se traduit par une baisse du volume des exportations de l’UE vers des pays comme les Etats-Unis et le Japon

  • Au plan social l’Europe est fortement handicapée par le vieillissement de sa population dont les conséquences sont : le manque de main d’œuvre, la baisse de la consommation et de la croissance, l’augmentation des charges sociales, notamment les dépenses de santé, la perte du dynamise nécessaire pour l’innovation. Le recours à l’immigration pour combler le déficit de main d’œuvre  se traduit par la monté en puissance des idées d’extrême droite  qui sont souvent hostiles à la construction Européenne. L’importance du taux de chômage (7,5% à l’Ouest et 13,1% à l’Est) constitue une très grande préoccupation pour la commission  Européenne.

2-Les  perspectives de l’Union Européenne (UE)   

L’Europe des 27 est confrontée à des défis économique, politique et institutionnel

  • Au plan économique l’élargissement doit se traduire par des réformes en profondeur pour prendre en charge des  préoccupations des pays  de  l’Est et du centre fortement marquée par la pauvreté. A cet effet la politique agricole commune  (PAC)  doit subir des modifications suite à l’augmentation de la population agricole de l’Europe de 134%. Les critères d’allocations des crédits communautaires doivent aussi être revus pour permettre aux nouveaux Etats d’absorber la totalité des financements en provenance de l’UE.

-Au plan politique et institutionnel,  le passage de 15 à 27 membres pose un problème d’équilibre. Même  si les institutions européennes ont fait preuve d’efficacité, elles doivent être adaptées aux réalités géopolitiques et économiques nées de l’élargissement.

Les autres perspectives de l’Europe des 27 sont : la mise en place d’une  politique de défense et de sécurité commune, l’élaboration  d’une politique étrangère européenne pour faire face à l’hégémonie américaine, l’intégration des  états  issus de l’éclatement de l’ex Yougoslavie et la lutte contre le terrorisme

CONCLUSION

L’UE s’affirme comme une grande puissance mondiale elle possède des institutions fonctionnelles et des politiques communes qui facilitent  l’intégration de ses Etats membres. Cependant son avenir dépend en grand partie des changements qu’elle doit opérer avec son passage de 15 à 27 membres.

 

×