LA DÉCOLONISATION EN GUINÉE-BISSAU

INTRODUCTION

La Guinée Bissau est une colonie portugaise. Le Portugal est la première puissance coloniale européenne à s’installer en Afrique. Il va être le dernier à quitter ses colonies après plus d’une décennie de guerre de libération nationale dans le cadre d la confrontation idéologique entre l’Est et l’Ouest.

I-LA POLITIQUE COLONIALE PORTUGAISE

La Guinée Bissau est la plus petite colonie portugaise d’Afrique de l’ouest avec 36125 km2 Le Portugal en fait sa principale colonie  d’exploitation  des matières premières pour alimenter son économie nationale. C’est pourquoi il y envoie une forte immigration de colons portugais. Ces derniers exploitent les richesses en se servant des populations indigènes bissau-guinéennes soumises à l’indigénat.

Le Portugal mène dans ses colonies une politique d’assimilation très discriminatoire. Celle-ci était fondée sur des conditions extrêmement rigoureuses. Ex : pour qu’un indigène puisse devenir un citoyen portugais (un assimilado), il devait avoir 18 ans révolus, parler correctement portugais, être de bonne vie et mœurs, posséder une richesse ou un emploi pouvant assurer une bonne condition de vie, accepter le service militaire. ..

Ces conditions ne permettaient pas aux populations indigènes d’être citoyens portugais .C’est dans ce contexte difficile qu’émerge le nationalisme anti-colonial. Ce nationalisme s’organise dans des cadres de lutte et se manifeste surtout à partir de 1960.

II- L’EVOLUTION DE LA LUTTE ANTICOLONIALE 

 1- L’évolution de la lutte anti-coloniale

Contrairement à la France et à l’Angleterre, le Portugal refuse de suivre le cours des événements en Afrique et dans les autres empires coloniaux, demeurant en dehors des mouvements anticoloniaux nés de la 2e guerre mondiale. En 1960, les colonies portugaises ne sont pas encore émancipées. Le Portugal réaffirme sa volonté de poursuivre sa politique coloniale, déclarant officiellement « …Nous sommes en Afrique comme tant d’autres. Nous continuerons comme par le passé notre politique d’assimilation. C’est pour cela, il nous faut être ce que nous avons toujours été et nous ne changerons pas ».

Les nationalistes bissau-guinéens comprirent alors que la seule alternative reste la lutte armée pour l’indépendance. Celle-ci va se dérouler en collaboration avec les îles du Cap-Vert. Le leader de cette lutte demeure AMILCAR CABRAL, ingénieur agronome ayant fait ses études au Portugal. Considéré par les portugais comme un homme dangereux pour ses idées progressistes, il fut  affecté d’abord en Angola en 1952 comme fonctionnaire. En Mars 1956, il crée le Parti Africain pour l’Indépendance de la GUINEE et des ILES du CAP-VERT (PAIGC). Avec 5 de ses camarades dont son frère LUIZ CABRAL ALMEIDA et son ami ARISTIDES PEREIRA. Le PAIGC prend au départ la forme d’un mouvement clandestin dont le siège est basé hors de Guinée-Bissau. Il s’implante parmi les travailleurs qui revendiquent des salaires mieux payés en organisant des grèves et des manifestations populaires. Le pouvoir colonial portugais réagit vivement par la violence. Deux étapes importantes vont marquer la lutte pour l’indépendance :

2-De 1955 à 1974 : le début de la lutte

Le gouvernement portugais du dictateur Salazar (Antonio de OLIVERA) lutte de toutes ses forces contre toute velléité d’indépendance des mouvements nationalistes. A partir de 1957 la Police Intérieure pour la Défense de l’Etat (P.I.D.E.) installe la répression à Bissau : le 3 Août 1959 les autorités font ouvrir le feu sur les dockers en grève de Pidgiguiti.50 personnes furent tuées et plusieurs autres blessées, tandis que d’autres étaient arrêtées. Cette attitude précipite le PAIGC vers la lutte armée. Le PAIGC va alors bénéficier du soutien des pays voisins (Guinée Conakry, Sénégal, Bénin…) en logistique et en matériels. Grâce à ce soutien accru  les 5000 combattants du PAIGC, en 1970, libèrent les zones rurales (2/3 du territoire) alors  que le Portugal garde le contrôle des zones urbaines grâce à une armée forte de 40000 soldats. Le PAIGC acquiert une audience internationale. Du 2 au 8 Avril 1972, une mission spéciale des Nations-Unies visite «  les zones libérées » de Bissau et apprécie les réalisations sociales, sanitaires et éducatives. L’ONU reconnaît le PAIGC comme un mouvement qui a toutes les possibilités  et  d’être «  seul et authentique représentant des populations du territoire » de Guinée. Elle réaffirme le droit inaliénable de ces populations à l’indépendance.

Mais le 20 Janvier 1973, Amilcar CABRAL est assassiné lâchement à Conakry. Cela n’empêcha pas l’Assemblée populaire de proclamer le 24 septembre 1973 à Boé (au Gabou) l’indépendance de la Guinée-Bissau qui devient membre de l’OUA le 20 Novembre 1973.

Face à cette indépendance de fait, le Portugal va chercher à négocier un désengagement avec les leaders du P.A.I.G.C.

3- De 1974 à 1975 : «  la révolution des Œillets » et ses conséquences

Lassés d’une guerre sans issue, conscients de l’ampleur des problèmes du Portugal en Afrique et de son échec militaire en G.B. de jeunes officiers réunis au sein du «  Mouvement des Forces Armées », renversent le gouvernement de Marcelo CAETANO le 25 Avril 1974 et mettent fin au régime dictatorial du Portugal sous le slogan, « Démocratie chez nous, décolonisation en Afrique »  Le 26 Avril 1974 le nouveau régime militaire présidé par le général Spinola propose le 6 Mai  un cessez- le feu et appelle à la négociation. Le PAIGC rejette le cessez-le- feu, mais accepte de négocier. Cependant les négociations butent sur deux problèmes : les modalités de l’indépendance immédiate pour le PAIGC et l’indépendance par étape pour le Portugal ; d’autre part le Portugal veut dissocier la Guinée-Bissau et les Iles du Cap-Vert alors que le PAIGC réclame une indépendance unitaire.

A la faveur d’un changement de gouvernement au Portugal le 13 juillet 1974 mai aussi de la pression du secrétaire général de l’ONU, KURT Waldheim qui s’est rendu au Portugal le 29 juillet, les autorités portugaises acceptent d’ouvrir les négociations à Alger. Finalement le 10 septembre 1974 à Lisbonne,  l’acte d’indépendance de la REPUBLIQUE DE GUINEE-BISSAU fut signé. Mais le sort du Cap-Vert restait à résoudre. En effet, au Cap-Vert le PAIGC n’avait pas obtenu une grande adhésion des populations car l’opinion était restée divisée : deux camps (l’UPIC et l’UDG) s’affrontent sur l’idée d’une indépendance séparée ou commune avec la G.B. Le 21 Décembre 1974, le PAIGC et le Portugal s’accordent pour une indépendance séparée avec le Cap-Vert fixé pour le 5 juillet 1975.

×