LA FECONDATION

La fleur est le siège de la production de gamètes et de la pollinisation (fécondation). Elle produit les graines qui pérennisent l’espèce et assure le brassage de l’information génétique.

I. La pollinisation

Le grain de pollen est transporté de l’étamine sur le stigmate : c’est la pollinisation. Elle est directe, quand le stigmate d’une fleur reçoit le grain de pollen de la même fleur (autopollinisation), ou croisée, quand le stigmate d’une fleur reçoit le grain de pollen d’une autre fleur.
Le transport du grain de pollen sur le stigmate se fait par le vent (plantes anémophiles), par les insectes (plantes entomophiles) ou par l’homme lui-même.

II. La germination du grain de pollen et la croissance du tube pollinique

II-1.Germination du pollen 

L’observation d’un stigmate montre un grand nombre de grains de pollen ayant émis un prolongement (tube pollinique), le grain de pollen a germé.

Mécanisme

Lors de la germination, le grain de pollen absorbe de l’eau et augmente de volume. Sous l’effet de pression due à la turgescence, l’intine et une partie du cytoplasme font saillie à travers un pore de l’exine et donne le tube pollinique marquant ainsi le début de la germination du grain de pollen.

II-2.Orientation et croissance du tube pollinique 

a-Orientation du tube pollinique
Expérience

On secoue une fleur dans une boite de pétri qui contient une eau gélosée.
Résultat

La plupart des grains de pollen germent et leur tube pollinique est orienté vers le stigmate.

 Interprétation

La croissance du tube pollinique est orientée vers le stigmate par une substance émise par ce dernier (chimiotropisme positif) et qui diffuse dans le milieu gélosé. Au-delà d’une certaine distance, la concentration de la substance n’est plus suffisante pour avoir un effet sur l’orientation du tube pollinique.

 b-Croissance du tube pollinique 

Des coupes longitudinales de carpelles permettent de suivre le trajet des tubes polliniques. Ils s’insinuent entre les papilles stigmatiques, cheminent dans le style par la voie la plus favorable (canal rempli de sécrétions dans des styles creux ou tissu gélifié des styles pleins), longent la paroi de l’ovaire et abordent l’ovule par le micropyle.
La croissance du tube pollinique est possible grâce aux réserves de la cellule végétative et ensuite grâce aux éléments fournis par les sécrétions ou les cellules gélifiées du style.

III. La double fécondation 

Au début de la germination, le noyau de la cellule végétative s’engage dans le tube pollinique suivi de la cellule génératrice. Au cours de la traversée du style, la cellule génératrice se divise en deux spermatozoïdes, le tube pollinique s’engage dans les replis d’une synergide et décharge ses deux spermatozoïdes (anthérozoïdes) à l’intérieur de cette synergide. L’un des spermatozoïdes fusionne avec l’oosphère pour donner un œuf à 2n chromosomes : c’est l’œuf principal. L’autre fusionne avec la cellule centrale pour donner un œuf à 3n chromosomes : c’est l’œuf accessoire.
Il y a donc une double fécondation. L’ovaire se transforme en fruit et les ovules en grains.


0%

La définition de "la fécondation" est :

Correct! Wrong!

La définition de "la pollinisation" :

Correct! Wrong!

Les parties qui ne servent pas à la reproduction d'une fleur sont :

Correct! Wrong!

Le moment où le grain de pollen se dépose sur l'ovaire se nomme :

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

×