LA SUREXPLOITATION DES RESSOURCES ET SES CONSEQUENCES

INTRODUCTION

Pour la satisfaction de ses besoins du fait de la pression démographique et de l’essor industriel, l’homme exerce une forte pression sur les milieux naturels, sur les espèces animales et végétales et sur les ressources énergétiques et minières de la Terre. Cette situation menace gravement les équilibres de la planète.

I-LA SUREXPLOITATION DES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES 

A) Evolution du charbon à l’énergie nucléaire

Jusqu’à la 1ere révolution industrielle, l’énergie mécanique (force musculaire des hommes et des animaux) et l’énergie éolienne et hydraulique étaient utilisées dans les différentes activités humaines. Mais au fur et à mesure que les hommes ont augmenté leurs besoins énergétiques, ils ont diversifié les sources et les formes d’utilisation de l’énergie.

1- Le charbon : c’est la 1ere source d’énergie. Il a été à la base de la révolution industrielle grâce à la machine à vapeur. Du fait de l’épuisement de nombreux gisements (Allemagne, Angleterre, Belgique….) et surtout de la concurrence des énergies nouvelles notamment des hydrocarbures, la houille connaît un recul.

2- Les hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) : le pétrole est aujourd’hui l’énergie la plus utilisée au monde avec 41% de la production énergétique mondiale. Aujourd’hui, avec la mise sur pied de nouvelles techniques de prospection (sondages par satellites), plusieurs gisements sont découverts à travers le monde. L’établissement de forages sous-marins (off shore) permet de multiplier les productions.

En 1999, la production mondiale de pétrole était de 3,5 milliards de tonnes pour des réserves estimées à 140 milliards de tonnes environ 80 ans).

Les plus grands producteurs sont les pays du Golfe et du Moyen-Orient (Irak, Koweït, Iran, Arabie Saoudite). Par contre, les plus grands consommateurs sont les pays industrialisés avec une consommation de 80% du pétrole mondial. Le gaz naturel est produit en Russie, au Canada, au Royaume Uni, aux USA, en Algérie.

3- L’hydroélectricité : elle s’est développée grâce a la multiplicité des barrages Niagara Falls aux USA, les Trois Gorges en Chine, Assouan en Egypte….). Ces dernières sont estimées à 40000 dans le monde et permettent de fournir 20% de l’énergie mondiale. La production et la consommation d’énergie hydroélectrique connaissent un recul du fait de la remise en cause de la politique des barrages.

4- Les énergies nouvelles : Il s’agit de la marémotricité, de la bioénergie, de la géothermie, et surtout de l’énergie nucléaire.

B) Conséquence de leur surexploitation

Les conséquences de la surexploitation des ressources énergétiques sont mesurables à trois niveaux :

1- leur épuisement : certaines ressources énergétiques ne sont pas renouvelables. C’est l’exemple des hydrocarbures, du charbon, des minerais radioactifs (uranium, plutonium). Au rythme de leur consommation actuelle, les réserves d’hydrocarbures permettent une exploitation à court terme pétrole : 80 ans, gaz naturel : 55 ans).

2- la dégradation de l’environnement : l’utilisation des combustibles fossiles contribue à la pollution de l’atmosphère avec le rejet de gaz carbonique et les déchets toxiques. En outre les accidents en mer des pétroliers peuvent provoquer des marées noires qui détruisent la faune et la flore maritimes. Enfin l’hydroélectricité est aussi une énergie à risques. En effet les équipements gigantesques (barrages) constituent des menaces pour les populations des vallées des fleuves (Yangtzé en Chine, Nil en Egypte….).

3- le danger radioactif : la production d’électricité par les centrales nucléaires présente deux types de danger :

  • d’abord les accidents nucléaires avec émanation d’un nuage radioactif. Exemple: accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine le 26 Avril 1986 avec 32 morts officiels, 135000 personnes déplacées et plusieurs milliers de km² contaminés par le nuage radioactif.
  • ensuite le problème du stockage des déchets qui fait peser une menace permanente sur l’environnement.

De plus il y a le risque de fabrication d’armes nucléaires.

II- LA SUREXPLOITATION DES RESSOURCES MINIÈRES, HALIEUTIQUES FORESTIÈRES ET HYDRIQUES

A)Les ressources minières

Les minerais sont des roches à partir desquelles on tire des métaux et autres matériaux qui servent de matières premières pour l’industrie. Ces roches sont en général localisées dans le socles ou boucliers (Sibérie Centrale, Nord Canada, Plateau brésilien, Shaba, etc.) ou dans les massifs anciens (Massif guinéen).

Si le fer, l’or, l’argent et le cuivre sont exploités depuis l’antiquité, c’est la révolution industrielle du XIXé et du XXé siècle qui a fait croître les besoins et multiplier la gamme des matières premières minières. Les progrès dans les méthodes de prospection et d’exploitation ont permis de découvrir d’autres gisements et d’extraire en abondance des minerais.

La consommation a été multipliée par 20 depuis le début du XXIé siècle. Ainsi au rythme actuel de l’exploitation des minerais, beaucoup sont menacés d’épuisement à plus ou moins long terme.

B)Les ressources halieutiques

Les mers et les océans constituent de vastes espaces qui attirent la convoitise des états du monde du fait des ressources qui s’y trouvent (poissons, algues, crustacés, hydrocarbures….).

Pour éviter d’éventuels conflits, les Nations Unies ont adopté le 10 Décembre 1982 une convention sur le droit de la mer qui distingue trois domaines :

  • Les Eaux territoriales à 12 milles marins (environ 22km) qui sont un domaine de souveraineté.
  • La ZEE (Zone Economique Exclusive) de 200 milles (370km) dont l’exploitation relève du droit exclusif des états riverains.
  • La Zone Internationale au-delà de 200 milles qui est un patrimoine commun.

A partir de 1950, la pêche industrielle a connu un essor considérable avec des flottes géantes (US, nipponnes, soviétiques) utilisant des sonars, des filets géants, des navires usines, des cargos congélateurs, ce qui a fait passer la production mondiale de 20 millions de T en 1938 à 82 millions en 1980 avant d’atteindre 100 millions de T actuellement dont 50% sont réalisés par 6 pays.

Ainsi les ressources halieutiques sont confrontées aujourd’hui à deux problèmes majeurs : l’overfishing (surpêche) qui menace des espèces comme la baleine, la morue, l’anchois, et la montée des pollutions chimiques.

Pour mettre fin à ce phénomène de surpêche, la communauté internationale doit imposer des quotas pour les prises et interdire l’usage des explosifs pour permettre aux espèces de se reproduire.

Aujourd’hui, parallèlement aux mesures de protection d’espèces comme la baleine ou le phoque, des états comme le Japon ont développé l’aquaculture (pisciculture).

C)Les ressources forestières

Les forêts occupent une part importante de la superficie de la planète (un peu plus de 30 M de km²). Aujourd’hui, elles sont en péril du fait de nombreux facteurs.

Au cours du XXé siècle, l’explosion démographique et l’essor technique ont accru les besoins en terres agricoles, la formation d’immenses domaines d’élevage extensif, l’usage du bois de chauffe et l’exploitation de certaines espèces. La surexploitation qui en a résulté a entraîné une véritable déforestation qui affecte aujourd’hui 15 millions d’ha de forêts tropicales/an.

En 1985 (année internationale de la forêt) la FAO estimait  la déforestation de la forêt dense africaine à 13000km²/an. Quant à l’Amazonie, à raison de 6 millions d’ha/an, elle a reculé de 10% entre 1970 et 1990.

Le pillage des ressources forestières entraîne des conséquences catastrophiques comme la dégradation des sols, et surtout la désertification qui avance au rythme de 5 à 10 millions d’ha/an dans le monde.

A ces problèmes majeurs s’ajoutent les dégâts des tempêtes et les incendies de forêts. Exemple : Eté 2003 : près de la moitié des forêts du Portugal.

D)  Les ressources hydrauliques

L’eau est l’une des ressources les plus présentes à la surface de la terre, mais elle est inégalement répartie.

De nos jours, la croissance démographique et la pratique de certaines activités économiques font de l’eau un bien de plus en plus précieux. Depuis 1950, les besoins en eau ont doublé tous les 20 ans. L’agriculture consomme aujourd’hui près de 75% du total de l’eau utilisée dans le monde. Certaines industries comme les cimenteries, les usines de pâte à papier, les usines chimiques, les centrales thermiques, etc, sont de grosses consommatrices d’eau.

Autant que la quantité d’eau, la qualité de l’eau est menacée. Ce phénomène appelé pollution des eaux est dû à plusieurs facteurs :

  • rejets toxiques d’origine industrielle sans aucun traitement
  • nappes phréatiques polluées par l’excès d’engrais et de nitrates.

E)La protection du potentiel de la terre

La protection des ressources de la terre est une obligation pour les sociétés humaines. Elle participe au maintien d’un équilibre durable sur terre.

Aujourd’hui trois facteurs contribuent à la protection des ressources naturelles :

  • la préservation de l’environnement a fait l’objet d’une législation dans les pays industrialisés avec l’interdiction des industries les plus polluantes sur leurs territoires.
  • La lutte contre les gaspillages modernes et le recyclage des matières premières.
  • La réflexion sur l’utilisation des ressources de la planète.
CONCLUSION

Depuis la préhistoire les hommes utilisent les ressources de la planète pour améliorer leurs conditions de vie. Aujourd’hui la surexploitation des ressources planétaires hypothèque leur pérennité et déstabilise la biodiversité planétaire.

×