LA TECTONIQUE DES PLAQUES

Les volcans et les séismes sont des manifestations qui témoignent l’activité interne du globe. Nous étudierons les renseignements que nous apporte la comparaison de la répartition des volcans et des séismes sur la structure de notre planète et sur son activité.

I-LES RENSEIGNEMENTS APPORTES PAR LA RÉPARTITION DES VOLCANS ET DES SÉISMES A TRAVERS LE MONDE

La comparaison de la répartition des volcans à celle des séismes montre l’existence de zones actives étroites entourant des zones vastes tranquilles ou stables. A la surface du globe, les zones étroites, marquées par une activité sismique et volcanique, représentent les frontières des zones stables qui correspondent aux plaques.

Une plaque est une vaste zone tranquille (ou stable) pas ou peu active. Elle peut être totalement océanique ou comporter à la fois une partie océanique et une partie continentale.

Il existe 7 grandes plaques et plusieurs petites plaques qui forment les plaques lithosphériques. Ces plaques sont : Pacifique, Nazca, nord-américaine, sud-américaine, africaine, eurasiatique et indo-australienne.

II-MOBILITÉ DES  PLAQUES

1-Notion de mobilité des plaques

L’analyse de la figure 3 permet de dégager la notion de mobilité des plaques. Les différentes plaques lithosphériques se déplacent les unes par rapport aux autres à une vitesse de quelques centimètres par an. Ces mouvements et leurs conséquences constituent la tectonique des plaques.

2-Zone d’écartement et zone de rapprochement

Les plaques rigides de la lithosphère flottent sur une couche visqueuse (asthénosphère) et peuvent s’écarter, se rapprocher ou coulisser les unes par rapport aux autres.

a-Zone d’écartement

Les zones d’écartement correspondent aux rifts ou rides ou dorsales. L’écartement des plaques entraîne la formation d’un océan, la formation d’une nouvelle croûte océanique, la présence d’éruptions volcaniques, des séismes et de failles.

b-Zone de rapprochement

Le rapprochement des plaques par subduction (où l’une des plaques « plonge » sur l’autre) entraîne l’affrontement de masses continentales. Cette collision engendre des déformations de la lithosphère (plis et failles) et aboutit à la formation de chaînes de montagne.

Remarque : lorsque deux plaques coulissent l’une contre l’autre, on note l’apparition de failles (fissures de la croûte terrestre).

III-MOTEUR DE LA MOBILITÉ DES PLAQUES

Pour déplacer les plaques qui sont des masses gigantesques, d’énormes quantités d’énergie sont nécessaires. Cette énergie provient de la chaleur produite au niveau de l’asthénosphère (par la radioactivité des roches de l’intérieur de la terre) et les courants de convection qui résultent de la distribution de cette chaleur.

IV-LA DÉRIVE DES CONTINENTS (théorie de WEGENER)

La dérive des continents est une théorie proposée en 1915 par Alfred Wegener, pour tenter d’expliquer, entre autres la similitude (ressemblance) dans le tracé des côtes de part et d’autre de l’atlantique. Cette théorie selon laquelle les continents de notre planète auraient été autrefois réunis en un seul supercontinent (la Pangée), puis se serait séparée. Ils continueraient de s’éloigner les uns des autres sous la poussée de diverses forces naturelles.

Cette théorie a été controversée pendant plus de 40 ans. C’est grâce au développement des recherches (dans les années 1950 et 1960) que les idées de Wegener sur la dérive des continents ont reçu des confirmations.

V-LES CONSEQUENCES DE LA MOBILITE DES PLAQUES

Les conséquences de la mobilité des plaques sont : l’extension des océans (au niveau des rifts), la fermeture des océans (au niveau des zones de subduction), les déformations de la lithosphère (plis, failles), la formation des chaînes de montagne.

1-Les plis (voir schéma)

Les plis sont des ondulations de couches de terrain avec une alternance de parties creuses. Les mouvements des plaques peuvent être à l’origine d’un plissement des différentes couches de la lithosphère. Les plis sont obtenus quand les forces motrices sont convergentes.

Les mouvements de convergence des plaques peuvent entraîner la formation chaîne de montagnes. L’himalaya, par exemple, résulte de la collision de l’Inde et de l’Asie.

2-Les failles (voir schéma)

On appelle faille lorsque deux compartiments séparés par une fracture se sont déplacés l’un par rapport à l’autre.

Quand les forces sont convergentes, les couches rigides se cassent : ce sont des failles compressives (de compression). A la faveur des forces de distension (forces divergentes) on enregistre des failles de distension (distensives).

Il existe aussi des failles de décrochement (ou décrochantes).

CONCLUSION

La tectonique des plaques permet de comprendre la structure du globe mais aussi et surtout d’expliquer certains phénomènes géologiques que sont le volcanisme, les séismes,…

×