L’AFRIQUE AU XVIe SIECLE

INTRODUCTION

Le seizième siècle est le siècle des grandes inventions et découvertes. Grâce à la maîtrise des mers, les Européens sont présents sur les côtes africaines. L’implantation des comptoirs commerciaux entraîne le déclin du commerce transsaharien.

I-ARRIVÉE DES EUROPÉENS EN AFRIQUE

A la fin du quinzième siècle, la civilisation européenne fait de grands progrès, grâce à des inventions étonnantes :

– L’imprimerie permet de répandre le livre.

– La boussole (utilisée par les Italiens au quatorzième siècle) permet aux marins de naviguer en s’éloignant des côtes.

– L’invention du gouvernail leur donne la possibilité de diriger facilement, les navires et de franchir les océans. Henry le navigateur est l’initiateur des premières expéditions autour de l’Afrique qui débutent en 1434. En 1445, Ca Da Mosto, un vénitien au service du Portugal, visite le Sénégal, la Gambie et la Casamance. Diego Gomes prend possession du Cap vert, en 1460. Les Portugais aboutissent au doublement du Cap de Bonne espérance par Vasco De Gama en novembre 1497. Ils s’installent sur les côtes du Golfe de Guinée et construisent, en 1481, un fort à la Mine (El Mina) où ils échangent de la pacotille (fer, tissu, perle) contre l’ivoire et l’or de la région. Des marins dieppois (Dieppe est un port de Normandie) a fondé, au quatorzième siècle, deux établissements sur les côtes de Guinée. L’un s’appelant « le petit Dieppe », l’autre « le petit Paris ». Les Dieppois remontent le Sénégal jusqu’à Podor et pendant trente ans, ils font du commerce avec les habitants de la région. En dehors de El Mina, il y a eu d’autres établissements commerciaux qui sont installés par les Portugais, Hollandais, Français, Anglais à Saint louis, à Saly, à Joal, à Gorée, au Cap vert. En 1652, le Hollandais Jan Van Riebeek fonde un comptoir commercial au Cap. Les Européens installent des comptoirs commerciaux le long des côtes ou aux embouchures des fleuves avec les Africains.

II-DÉCLIN DU COMMERCE TRANSSAHARIEN ET LA RÉORIENTATION DU COMMERCE

Pendant plus d’un millénaire, les deux rives du grand désert entretiennent des échanges commerciaux sur de longues distances. Il s’agit du commerce transsaharien qui comprend trois axes : un axe occidental (au Sud du Maroc à l’Empire du Ghana), un axe central (du Sud algérien vers la boucle du Niger) et du Fezzan aux royaumes riverains du lac Tchad. La Méditerranée constitue le centre commercial du monde. Les nomades recherchent l’or et l’esclave contre le sel saharien. Le 12 octobre 1492, un Génois Christophe Colomb part d’Espagne vers l’Ouest et découvre l’Amérique. C’est à cette époque que le commerce transsaharien connaît un déclin. L’implantation des comptoirs commerciaux perturbe les ensembles politiques et commerciaux (disparition du commerce transsaharien et des grands Empires). Les Européens modifient les systèmes économiques. Les nouveaux venus font du commerce avec les peuples côtiers : les produits africains locaux (or, ivoire, gomme, peaux d’animaux) et les esclaves contre la verroterie, des objets de mauvaise qualité et des fusils sommaires. L’océan Atlantique devient le nouveau centre commercial du monde. Ainsi, les échanges se font entre l’Afrique et le nouveau monde.

CONCLUSION

L’implantation des comptoirs commerciaux sur les côtes africaines, au seizième siècle, est à l’origine de la capture ou de l’achat des esclaves noirs.

×