LES FORMES ET PROBLEMES DE COMMUNICATION

 INTRODUCTION

Si depuis le XVIé siècle, les formes et moyens de communication n’ont cessé de se développer, c’est à partir de la seconde moitié du XIXé siècle qu’une série de révolutions va radicalement transformer les communications pour en faire un enjeu de puissance à l’aube du XXIé siècle.

I-LA COMMUNICATION ET SES MECANISMES

La communication est le déplacement, la circulation, le transport, la transmission d’un bien, d’un service, d’une idée, d’une personne d’un émetteur vers un récepteur. La communication utilise des supports matériels visibles dans le paysage (routes, voies ferrées, oléoducs, gazoducs, lignes télégraphiques, canaux, etc.) Elle peut aussi utiliser des itinéraires maritimes ou aériens sans infrastructures physiques mais qui s’appuient sur des éléments visibles (ports, aéroports, satellites, antennes….).

Dans ce cadre, il faut distinguer le transport des télécommunications.

II-LES DIFFÉRENTS FORMES DE TRANSPORT 

1-Evolution des transports

Jusqu’au XIXé siècle, il y a deux principaux moyens de transport : la navigation (cabotage côtier, navigation à voile internationale) et l’usage des animaux (cheval, dromadaire, chameau, âne). La lenteur de ces moyens accentuait la longueur des distances.

A partir de la seconde moitié du XIXé siècle, la révolution des transports va accroître la vitesse et la charge de transport en réduisant les distances grâce à la machine à vapeur, la traction électrique, le moteur à explosion puis à explosion. Ainsi les trains et bateaux à vapeur d’abord, l’automobile  et l’aviation (Clément Ader 1890, les frères Wright 1907) vont connaître un essor fulgurant au cours du XXé siècle, permettant le déplacement massif des personnes, des marchandises et des idées à travers le monde.

2- La deuxième révolution es transports

Impulsée à partir de 1950, elle présente trois caractéristiques :

Accroissement considérable de la vitesse : la vitesse des avions a doublé en 1960 (450 km/h avion à hélice, 900 km/h avion à réaction) va atteindre 2150 km/h avec Concorde dans les années 70. Parallèlement l’électrification des voies ferrées a permis d’accroître la vitesse des trains jusqu’à plus de 300 km/h avec le TGV français et le Shinkansen japonais. Enfin l’essor de l’automobile augmente la vitesse et la liberté de déplacement qui effacent les barrières de la distance et consacrent la « civilisation de l’automobile ».

Augmentation de la capacité  de charge: la capacité des pétroliers et des minéraliers a été multipliée par 5 entre 1966 et 1981, et le nombre de sièges des avions a été multiplié par 10 entre 1945 et 1969. En outre on assiste à une spécialisation des bateaux.

Automatisation des charges: grâce à la conteneurisation, et de la conduite des navires.

III-LA RÉVOLUTION DE LA TELECOMMUNICATION

1-Une évolution accélérée

Les télécommunications sont l’ensemble des procédés qui permettent de transmettre des informations à distance tels que le téléphone, la radio, la télévision, et maintenant les réseaux informatiques.

Jusqu’au XIXé siècle : messagers à pied, à cheval, à bateau, usage du tambour, de la fumée, etc.

C’est au XIXé siècle que commence véritablement l’ère des télécommunications grâce au télégraphe (Morse 1844), au téléphone (Bell 1876), au TSF (Marconi 1895), ensuite au XXé siècle grâce au transistor (1947), à l’ordinateur et à la numérisation (1949)au lancement de satellites (1960), au laser (1961), etc.

Ainsi en 1866 est installé le premier câble transatlantique de lignes télégraphiques. En 1926 commencent les premières liaisons téléphoniques intercontinentales grâce à des câbles sous-marins.

1960 marque le début des satellites qui permettent la première transmission transatlantique d’images télévisuelles par Telstar le 10 Juillet 1962. Ce moyen s’enrichit du télex et de la vidéoconférence grâce au satellite Intelsat.

2-La révolution des NTIC

Elle est née à partir de 1975 grâce  à la rencontre entre les télécommunications et l’informatique (la télématique) qui s’appuie sur la connexion, grâce au réseau téléphonique, d’un réseau d’ordinateurs permettant le traitement de données à distance gestion des stocks, facturation, accès à des banques de données, etc.).

Depuis 1990, la télématique a explosé avec le réseau Internet et surtout le World Wide Web (WWW) qui permet d’ouvrir le réseau au grand public.

Internet est issu du réseau Arpanet, qui fut conçu dans les années 1960 par le département américain de la Défense. Réseau à usage militaire, Arpanet s’étendit alors progressivement aux universités américaines dans les années 1970, avant d’être remplacé en 1990 par le réseau Internet destiné dans un premier à la recherche civile. En 1991Timothy Berners-Lee  et Robert Caillau mettent au point l’interface d’Internet appelé World Wide Web qui permet d’ouvrir le réseau au grand public en simplifiant les procédures de consultation des sites.

Aujourd’hui le Net a transformé le monde en un grand village peuplé d’internautes qui surfent dans un cyberespace virtuel sans frontière.

IV-PROBLÈME 

Ils sont de plusieurs ordres.

Il y a d’abord les problèmes d’émission de GES par les automobiles, avions et bateaux, ainsi que la saturation du trafic et les accidents routiers et aériens.

Dans les pays sous-développés, la mauvaise qualité des rails et des routes pose de sérieux handicaps pour le transports des marchandises et des personnes.

Dans le domaine des NTIC, il y a la fracture ou coupure numérique entre pays développés et pays sous-développés en matière de technologie de l’information.

Il y a également le contrôle des grands médias par les grands groupes de communication (CNN, CBS) qui manipulent les opinions au Nord comme au Sud. Le résultat est le renforcement de la domination du Nord qui conditionne les modes de comportement et de pensée dans le cadre de la mondialisation du modèle occidental. En outre, le Net peut permettre certaines dérives surtout pour les jeunes avec l’accès incontrôlable à la pornographie ou à la violence.

C’est pourquoi les pays sous-développés revendiquent un nouvel ordre mondial de l’information et de la communication et un fonds de solidarité numérique pour préserver leur identité et la diversité des civilisations.

CONCLUSION

La révolution des transports a considérablement réduit les distances et facilité la circulation des personnes, des biens, des idées, des capitaux. Aujourd’hui la révolution des NTIC et le triomphe d’Internet ont transformé le monde en un village planétaire.

×