LES PHÉNOMÈNES ÉNERGÉTIQUES ACCOMPAGNANT LA RESPIRATION

Les nutriments, résultats de la digestion, constituent la source des différentes formes d’énergie nécessaires à la vie cellulaire. Cette libération d’énergie est liée à des oxydations réalisées au cours de la respiration, dont le signe apparent constitue les échanges gazeux.

I-LES MODIFICATIONS OBSERVÉES AU COURS DE L’ACTIVITÉ MUSCULAIRE 

Quand nous faisons un exercice physique, nous constatons que nos muscles travaillent, le cœur bat plus vite et on a chaud. Il s’agit d’une dépense énergétique.

Tableau: variation de la consommation en dioxygène et de l’activité cardiaque

chez un sujet au repos et lors d’un exercice

Analyse du tableau :

Pendant l’effort, les battements du cœur, la fréquence cardiaque et le volume de sang éjecté à chaque contraction du cœur augmente.

L’organisme s’adapte à l’effort en augmentant la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire. L’effort musculaire s’accompagne aussi d’un dégagement de chaleur et d’une transpiration.

II-ÉCHANGES ENTRE LE SANG ET LES MUSCLES (ou autres organes)

1-Irrigation ou vascularisation d’un muscle (ou d’un organe)

Les muscles et les organes sont irrigués par les vaisseaux sanguins. Le sang arrive aux muscles (ou organes) par des artérioles et y part par des veinules. Un réseau de capillaires dense unit les artérioles et les veinules.

2-Échanges de gaz et de nutriments entre le sang et les muscles (ou organes)

La figure 1 montre les échanges de gaz et de nutriments entre le sang et les muscles. En traversant le muscle, le sang s’enrichit en dioxyde de carbone et s’appauvrit en dioxygène. Le muscle absorbe du dioxygène et rejette du dioxyde de carbone : le muscle respire.

La quantité de dioxygène absorbée et de dioxyde de carbone rejetée par le muscle augmente en fonction de l’activité. Il en est de même de la quantité de glucose prélevée dans le sang.

 

III-LIBÉRATION D’ÉNERGIE

Une partie des nutriments est dégradée en présence du dioxygène pour fournir l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’organisme. La dégradation des nutriments en présence du dioxygène est appelée oxydation. L’énergie produite au cours de l’oxydation des nutriments est en partie consommée pour l’activité cellulaire, en partie dissipée (faire disparaître) sous forme de chaleur. Cette oxydation produit des déchets (CO2) qui devront être éliminés par l’organisme.

 CONCLUSION

 la respiration est un phénomène cellulaire par lequel les nutriments sont dégradés en présence du dioxygène. Elle fournit de l’énergie et produit des déchets (CO2, H2O, urée).

×