LE SYSTEME IMMUNITAIRE

INTRODUCTION 

L’organisme évolue dans un milieu peuplé par une infinité de corps étrangers inertes ou vivants susceptibles de l’envahir et de le déséquilibrer. Pour préserver son intégrité et la rétablir quand elle est perturbée, l’organisme développe un ensemble de réactions de défense qui constituent la réponse immunitaire.

Le système immunitaire est constitué de molécules, de cellules et d’organes qui assurent l’intégrité de l’organisme.

I. Notion d’intégrité

L’organisme est exposé à des microbes, des agents physiques ou chimiques responsables de maladies ou de modifications de son fonctionnement. Pour y faire face et maintenir sont état normal ou intégrité, l’organisme est capable :

  • de rejeter et de se défendre contre les éléments qui lui sont étranger, c’est-à-dire le « non soi »,
  • de reconnaître et de protéger les éléments qui l’appartiennent, c’est dire le « soi ».

Le « non soi »

Le « non soi » est l’ensemble des micro-organismes ou molécules étrangères à l’organisme, ce sont les antigènes. Lorsqu’ils pénètrent dans l’organisme, ils déclenchent des réactions immunitaires. Ces antigènes sont :

-des agents infectieux : virus, bactéries, protozoaires, champignons etc.,

-des greffes de tissus ou d’organes (cas d’allogreffes c’est-à-dire des greffes entre des individus de même espèce),

-des cellules du « soi » mortes, altérées, vieilles, cancéreuses ou anormales reconnues comme du « non soi » et détruites par le système immunitaire.

NB : Ils existent d’antigènes : les antigènes particulaires (microbes, virus….), les antigènes solubles (les toxines qui sont des substances) et les allergènes (responsables d’allergie).

Le « soi »

Le « soi » est l’ensemble des organes, tissus, cellules et molécules issus de l’expression génétique de l’individu. Chaque être vivant a des molécules sur les membranes cellulaires ou le plasma qui constituent des marqueurs biologiques de son identité, ce sont les « cartes d’identité » de l’individu. Les marqueurs les plus connus sont :

  • le système ABO (les agglutinogènes) et les facteurs rhésus portés par les hématies,
  • le système CMH (complexe majeur d’histocompatibilité) encore appelé système HLA (human leukocyte antigens) qui sont regroupés en deux classes :
    • les HLA de classe I présents sur les membranes de toutes les cellules nucléées,
    • les HLA de classe II présents sur les membranes de certains leucocytes (macrophages te lymphocytes).

II. Organes et cellules du système immunitaire

II-1. Organes

Ce sont :

  • Les organes lymphoïdes primaires ou centraux : la moelle osseuse et le thymus.
  • Les organes lymphoïdes secondaires ou périphériques : les ganglions lymphatiques, la rate, les amygdales et les plaques de Peyer

II-2. Cellules immunitaires et leur origine

Les cellules immunitaires sont les globules blancs ou leucocytes qui sont tous produits dans la moelle osseuse rouge à partir de cellules souches : les lymphoblastes. Ces derniers se divisent pour donner plusieurs lignées de cellules :

  • Les granulocytes ou polynucléaires : petite taille, cytoplasme granuleux, noyau multilobé, migrent dans les tissus pour phagocyter des éléments étrangers.
  • Les monocytes : grande taille, noyau arqué, migrent dans les tissus pour donner de grosses cellules, les macrophages assurant aussi la phagocytose.
  • Les lymphocytes : petite taille, noyau volumineux arrondi. On a :
    • Les lymphocytes B (LB) dont la maturation (ou acquisition de l’immunocompétence) se fait au niveau de la moelle osseuse. Ils peuvent donner des plasmocytes (gros lymphocytes) producteurs d’anticorps (immunoglobuline (Ig)) lorsqu’ils sont activés par un antigène.
    • Les lymphocytes T (LT) produits sous forme immature dans la moelle osseuse, passent dans le thymus pour achever leur maturation et donner des LT4 (encore appelés LTa (auxiliaire), LTh (helper) ou LTs (suppresseur)) et des LT8 (encore appelés LTc), c’est l’acquisition de l’immunocompétence.

NB : Après leur maturation, les lymphocytes vont dans le sang, rejoignent la lymphe et sont stockés en particulier dans les ganglions lymphatiques, lieu de rencontre avec les antigènes.

III. Notion d’immunité

L’immunité est la capacité d’un organisme à résister à un agent infectieux grâce à des réactions immunitaires. On distingue 2 types d’immunités : l’immunité naturelle et l’immunité acquise.

III-1. Immunité naturelle

Elle correspond aux barrières physiques (peau, muqueuse, cils…) et chimiques (salive, sueur, larmes, mucus…) neutralisant indifféremment divers agresseurs et les empêchant de pénétrer dans l’organisme. C’est une immunité naturelle, innée qui n’est pas dirigée vers un antigène particulier donc elle est non spécifique.

III-2. Immunité acquise

Certaines personnes peuvent développer une immunité à une maladie après l’avoir contracté ou après avoir reçu un vaccin contre cette maladie. C’est une immunité acquise, mais qui est dirigée contre les agents pathogènes de cette maladie seulement, on dira que c’est une immunité spécifique.

QUIZZ
0%

Le soi d’un individu…

Correct! Wrong!

Le non soi d’un individu est…

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

Les HLA déterminent…

Correct! Wrong!

Les HLA de classe II sont placés sur…

Correct! Wrong!

Les antigènes sont…

Please select 3 correct answers

Correct! Wrong!

Les cellules capables de phagocytose sont…

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

Les lymphocytes B et T diffèrent par…

Please select 2 correct answers

Correct! Wrong!

×