L’IMPARFAIT DE L’INDICATIF; LE PLUS-QUE-PARFAIT

L’IMPARFAIT DE L'INDICATIF

On utilise généralement l’imparfait :

→Pour exprimer une action passée en cours de déroulement, sans indication ni du début, ni de la fin.

Ex: La tour penchait dangereusement.

→ L’imparfait convient de ce fait parfaitement à la description d’actions qui se déroulent ensemble ou alternativement, aux portraits de personnes et aux commentaires ou explications.

Ex: J’ai pris le vase qui était sur la table.

→ Pour exprimer un fait passé permanent, habituel ou qui se répétait.

Ex: Les anciens Égyptiens se servaient du pétrole comme médicament.

→ Pour énoncer un fait qui a eu lieu à un moment précis du passé.

Ex: Le 29 mai 1914, l’Empress of Ireland sombrait au large des côtes canadiennes.

→ Pour atténuer un propos, une demande.

Ex: Je venais vous dire adieu.

→ Pour exprimer un fait hypothétique présent ou futur après la conjonction si. Si verbe principal il y a il est alors au conditionnel.

Ex: Si tu n’allais pas chez ta sœur, nous pourrions visiter la ville.

→ Pour exprimer la conséquence qu’aurait eue un fait qui ne s’est pas réalisé. Une minute de plus et je manquais mon train.

→ Pour exprimer un futur proche ou un passé récent par rapport à tel moment du passé. Nous arrivions à peine qu’il repartit travailler.

Ex: Il s’inquiéta car elle rentrait tard ce soir.

Remarque : Certains verbes peuvent s’écrire avec plusieurs i successifs, ou avec un y suivi d’un i !
Exemples : Nous criions, vous criiez, nous payions, vous payiez.

Les auxiliaires ont une conjugaison spécifique qu’il faut maîtriser car ils permettent de former le plus que parfait de l’indicatif de tous les autres verbes.

LE PLUS QUE PARFAIT

Construction 

On conjugue les auxiliaires être ou avoir à l’imparfait de l’indicatif auquel on ajoute le participe passé du verbe à conjuguer.
Exemples :
– Nous étions partis à six heures du matin.
– Ils avaient raconté leur voyage.

×