L’INTEGRATION AFRICAINE

Etats de l’Afrique de l’Ouest population capitale communauté indépendance Bénin 16 millions Cotonou francophone 1960 Burkina Faso 12 millions Ouagadougou francophone 1960 Cap vert 392000 Praia lusophone 1975 Côte d’ivoire 15 millions Yamoussoukro francophone 1960 Gambie 1 million Banjul anglophone 1965 Ghana 20 millions Accra anglophone 1957 Guinée 7 millions Conakry francophone 1958 Guinée Bissau 1 million Bissau lusophone 1975 Libéria 3 millions Monrovia anglophone 1847 Mali 11 millions Bamako francophone 1960 Mauritanie 3 millions Nouakchott arabophone 1960 Niger 10 millions Niamey francophone 1960 Nigeria 120 millions Abuja anglophone 1960 Sénégal 13 millions Dakar francophone 1960 Sierra Léone 5 millions Freetown anglophone 1960 Togo 4 millions Lomé francophone 1961 Afrique occidentale

Les problèmes d’intégration Introduction : Les pays de l’Afrique occidentale ont en commun, le sous-développement. Cependant, des organisations d’intégration ont été créées et essaient d’enclencher un processus de développement économique.

I-LES ORGANISATIONS DÉSINTÉGRATIONS DE L'AFRIQUE OCCIDENTALE 

Malgré la lenteur de la progression vers la coopération, des organisations d’intégration ont vu le jour :

I-1 L’UMOA (union monétaire ouest africaine) :

Six pays de l’Afrique de l’Ouest ont créé l’UMOA le 12 mai 1962. Les pays membres manifestent ainsi, leur volonté de coopération monétaire entre eux. En 1973, le traité de l’UMOA a été révisé, la BCEAO a été dotée de nouveaux statuts, la BOAD a été créée. Face à la crise économique, les pays de l’UMOA ont dès 1990, manifesté leur volonté d’approfondir leur intégration économique. Le traité instituant l’UEMOA a été signé le 10 janvier 1994 à Dakar ;

I-2 La CEDEAO

Favorise le développement économique, social, culturel de l’Afrique de l’Ouest ; Instituée en 1975 par le traité de Lagos. Elle entre en vigueur en 1977. Son secrétariat est basé à Lagos. Son objectif est de libéraliser les échanges, en supprimant les entraves qui limitent la libre circulation des biens, des services, des personnes entre Etats. L’union a une force armée : ECOMOG.

I-3 L’OMVS et l’OMVG

Sont des organisations d’intégration qui sont chargées de développer les bassins des fleuves Sénégal et Gambie.

II-LES OBSTACLES LIES A L’INTÉGRATION 

Ils sont de plusieurs ordres :

– sur le plan historique : l’Afrique de l’Ouest a été victime de la balkanisation

– sur le plan politique : on note des divergences politiques et idéologiques entre Etats. Les hommes politiques manifestent un manque de volonté pour qui est de l’application des décisions ;

– sur le plan économique et financier : il y a la différence des niveaux de développement et les multiples zones monétaires qui empêchent l’émergence d’une monnaie unique : facteur de progrès ; -sur le plan culturel : l’usage de plusieurs langues (français, anglais, portugais) peut être un problème de blocage dans la communication.

CONCLUSION

Plus de 40 ans après l’accession à l’indépendance de plusieurs pays de l’Afrique occidentale, la région est restée très divisée.

×